Ruckers

Ils sont bicolores, enduits de pigments de caséine et de peinture au blanc de Meudon, vert foncé à l'extérieur, rouge profond à l'intérieur, et reposent sur un piètement de chêne comprenant de quatre (Delin et Ruckers) à douze (Dulcken) pieds tournés. Au lieu du piètement précédemment cité, il est possible d'en réaliser un autre plus décoratif, avec entablement et entretoise, et huit pieds tournés de chêne massif. On peut aussi richement dorer à l'or fin le profil intérieur, les ornements rectangulaires (cassettes) du couvercle, ainsi que le bord latéral. Les claviers sont garnis d'ébène et peuvent l'être, si l'on veut, avec de l'os.

Virginal d'après Ioannes Ruckers 1629   8' C/E-d'''
Clavecin d'après Andreas Ruckers 1637   8'4' C/E-c'''
Clavecin d'après Ioannes Ruckers 1638, deux claviers   8'4'8'4' C/E-f'''
Clavecin d'après Ioannes Ruckers 1624, petit ravalement, deux claviers   8'4'8' GG,AA-d'''
Clavecin d'après Ruckers, grand ravalement, deux claviers   8'4'8' FF-f'''
Clavecin d'après Albert Delin 1750   8'8' C-e'''
Clavecin d'après Albert Delin 1768   8'8' GG-e'''
Clavecin d'après Johann Daniel Dulcken 1747   8'4'8' FF-f'''
Clavecin d'après Johann Daniel Dulcken 1745, deux claviers   8'4'8' FF-f'''